Box bières artisanales et carte cadeau - Adopte Un Brasseur

Qu’est ce que le malt dans la bière? zoom sur cette céréale essentielle pour le brassage

Qu’est ce que le malt dans la bière? zoom sur cette céréale essentielle pour le brassage

Le malt, cet ingrédient essentiel à la bière, lui confère sa couleur, son goût et son taux d’alcool. Mais savez-vous réellement ce qu’est le malt ? Comment est-il produit ?

Dans cet article, on vous invite à plonger dans l’univers fascinant du malt, où chaque détail du processus de maltage – du trempage à la torréfaction – joue un rôle crucial dans la création de bières aux caractères distincts et inoubliables.

Explorons ensemble également les différents types de malt et leur impact sur le style de bière. Que vous préfériez une ale blonde rafraîchissante, une stout brune intense ou une pilsner dorée, chaque type de malt apporte sa touche unique de saveur et de couleur. 

Prêt à prendre un bol de céréales? C’est parti!

Sommaire

Le rôle indispensable du malt dans la bière

Dans cette section, nous allons explorer le malt, son processus d’obtention et son importance cruciale dans la production de bière.

Définition et origine du malt

Le malt est obtenu à partir d’un processus nommé maltage, qui implique la germination des grains de céréale, suivie de leur séchage et torréfaction à divers degrés. Ce processus est essentiel pour développer les enzymes et les sucres nécessaires au brassage de la bière.

Le malt d’orge est le plus courant dans la production de bière, bien que le malt de blé, de seigle, d’avoine, et d’autres céréales soient également utilisés. Depuis l’Antiquité, le malt est un composant de la bière, mais c’est au Moyen Âge que le maltage a été perfectionné, faisant du malt d’orge le choix prédominant.

Pourquoi le malt est-il incontournable dans la fabrication de la bière?

Le malt est indispensable à la fabrication de la bière car il fournit les sucres nécessaires à la fermentation, processus durant lequel les levures transforment ces sucres en alcool et en gaz carbonique. Sans malt, la bière ne peut exister.

En plus de l’alcool, le malt contribue à la couleur, au goût et à l’arôme de la bière, variant selon le type et la quantité de malt utilisé. Il affecte également le corps, la mousse et la conservation de la bière.

Le malt est donc l’élément fondamental de la bière, lui conférant son identité unique et sa richesse.

Le procédé de maltage : De la céréale au malt

Nous vous guidons à travers le fascinant voyage de la transformation des céréales en malt. Découvrez les étapes cruciales du maltage, les variétés de malt et leur impact significatif sur le goût de la bière.

La sélection des céréales : l'orge, acteur principal

Le choix de la céréale est décisif dans le processus de maltage, influençant directement la qualité et la quantité du malt produit. L’orge est privilégiée pour ses nombreux avantages : teneur élevée en amidon, en enzymes, en protéines, excellente capacité de germination et facilité de culture. Seules les variétés d’orge spécifiques au brassage de la bière sont utilisées pour le maltage.

Les variétés d’orge brassicole diffèrent par leur couleur, forme, taille et teneur en eau. Le malteur choisit l’orge en fonction de critères de qualité stricts et de spécifications précises.

Les étapes-clés du maltage : trempage, germination et séchage/torréfaction

Le maltage est un processus contrôlé visant à faire germer puis sécher les grains de céréale. Il se décompose en trois phases essentielles : le trempage, la germination et le séchage/torréfaction.

Le trempage implique d’immerger les grains dans l’eau pendant plusieurs heures, alternant humidification et aération, pour activer la germination en « réveillant » l’embryon du grain et en stimulant le développement des enzymes. Cette étape augmente le taux d’humidité des grains de 14 % à 45 % sur une période de 40 à 60 heures.

La germination, moment où les grains développent racines et pousses, se fait dans des cuves ou tambours avec un brassage régulier pour prévenir les amas. Cette phase de 4 à 6 jours permet la transformation de l’amidon en sucres simples et la libération des arômes. Elle s’achève lorsque la racine atteint la taille du grain, formant ce qu’on appelle le malt vert.

Le séchage/torréfaction, dernière étape, arrête la germination et réduit le taux d’humidité grâce à une forte chaleur. Réalisée dans des fours spéciaux, cette phase ajuste la température et la durée selon le type de malt souhaité, modifiant ainsi couleur, goût et arôme du malt tout en séparant les racines du grain par un processus de dégermage.

Les différents types de malt et leur impact sur le profil de la bière

Il existe une vaste gamme de malts, classifiés selon leur couleur, goût et arôme. La couleur, mesurée par l’échelle EBC (European Brewing Convention), varie de 2 à 1400, influençant directement la couleur de la bière ainsi que son amertume et sa rondeur.

Le goût et l’arôme du malt dépendent de la variété de céréale, du degré de germination et du procédé de séchage/torréfaction. Ils peuvent évoquer le pain, le biscuit, le caramel, le chocolat, le café, la noisette, la fumée, etc., et sont essentiels pour définir le style et le caractère unique de chaque bière.

Les catégories de malt et leur influence sur la couleur, le goût, et l'arôme de la bière

différentes couleurs de malt
différentes couleurs de malt

Dans cette section, nous aborderons les différentes catégories de malt et leur impact significatif sur la couleur, le goût, et l’arôme de la bière. Vous découvrirez comment sélectionner le malt idéal en fonction du style de bière que vous souhaitez produire et comment exploiter la vaste gamme de saveurs que les malts peuvent offrir.

Malts de base vs malts spéciaux

Il existe deux grandes catégories de malts : les malts de base et les malts spéciaux. Les malts de base sont essentiels pour fournir la majeure partie des sucres fermentescibles et possèdent un pouvoir diastasique suffisant pour transformer l’amidon en sucres simples.

Les malts de base sont généralement clairs avec un goût neutre ou légèrement malté, constituant entre 60 et 100% du poids total du malt dans une recette. Parmi les plus populaires, on trouve le malt d’orge, de blé, de seigle, et d’avoine.

À l’opposé, les malts spéciaux enrichissent la bière en couleur, goût et arôme. Avec un pouvoir diastasique faible ou inexistant, ils complètent les malts de base et peuvent varier de foncés à très foncés, apportant des saveurs plus riches et complexes, représentant de 0 à 40% du poids total du malt dans une recette.

Ces malts spéciaux se différencient par leur degré de torréfaction et leur méthode de production.

Explorer la palette des goûts : malt pâle, malt caramel, malt torréfié

La diversité des malts offre une large palette de saveurs, permettant de créer des bières aux profils aromatiques uniques. On distingue trois grandes familles de malts selon leur goût : les malts pâles, les malts caramels, et les malts torréfiés.

Les malts pâles, séchés à basse température avec une couleur EBC de 2 à 30, offrent des goûts doux, maltés, biscuités ou miellés, idéaux pour les bières blondes, ambrées ou rousses.

Les malts caramels, cuits à haute température avec une couleur EBC de 10 à 120, délivrent des saveurs sucrées, de caramel, toffee, fruitées ou épicées, parfaites pour les bières ambrées, brunes ou noires.

Enfin, les malts torréfiés, exposés à des températures très élevées avec une couleur EBC de 300 à 1400, apportent des goûts amers de chocolat, café, noisette ou fumé, utilisés pour les bières brunes, noires ou fumées.

L'impact du malt sur la couleur et la clarté de la bière

la torréfaction du malt impact la couleur des bières
la torréfaction du malt impact la couleur des bières

Le malt joue un rôle crucial dans la détermination de la couleur de la bière, influencée par le degré de torréfaction du malt. Plus le malt est foncé, plus la bière le sera également. La couleur de la bière est mesurée en degrés EBC, allant de 2 à 1400.

Les bières peuvent être classées par couleur en six catégories : blondes, ambrées, rousses, brunes, noires et fumées.

Le malt influence aussi la clarté de la bière, dépendant de la présence de protéines, d’amidon et de tanins. Pour une bière claire, il est conseillé de choisir des malts faibles en ces composés et de suivre les étapes de filtration et de clarification. Certains styles de bière, comme les bières blanches, choisissent de maintenir une certaine turbidité pour préserver les arômes et saveurs distincts du malt.

Comment le malt d'orge se transforme-t-il en bière?

Découvrez le parcours fascinant du malt d’orge, de sa transformation jusqu’à devenir l’ingrédient essentiel de votre bière préférée. Nous explorerons les étapes clés du brassage, le rôle crucial du malt dans la fermentation, et son importance pour assurer la stabilité de la bière.

Maltage et brassage : un duo dynamique

Le brassage transforme le malt d’orge en bière en extrayant ses sucres et arômes essentiels. Ce processus comprend quatre étapes principales : le concassage, l’empâtage, le filtrage et l’ébullition.

Le concassage prépare le malt en le broyant pour exposer l’amidon et les enzymes à l’eau, visant un équilibre entre finesse et grossièreté pour optimiser l’extraction et le filtrage.

L’empâtage mélange le malt concassé avec de l’eau chaude dans un mash tun, activant les enzymes qui convertissent l’amidon en sucres simples sur une période de 60 à 90 minutes. La température varie en fonction du type de bière désiré.

Le filtrage sépare le moût, le liquide sucré, des résidus solides ou drêches, dans une cuve spécifique, le lauter tun. Un système de faux fond facilite cette séparation, améliorée par des rinçages à l’eau chaude, connus sous le nom de sparge.

L’ébullition, réalisée dans une brew kettle, stérilise le moût et concentre ses sucres tout en libérant les arômes du houblon sur une durée de 60 à 120 minutes. Le moment d’ajout du houblon varie selon le profil aromatique recherché pour la bière.

La contribution du malt dans le processus de fermentation

La fermentation, menée par les levures, transforme les sucres du moût en alcool et en CO2. Elle se divise en fermentation primaire et secondaire.

La fermentation primaire débute avec l’inoculation des levures dans le moût refroidi, se déroulant entre 5 et 15 jours pour produire la majeure partie de l’alcool et du CO2. La température est adaptée selon la levure et le type de bière visé.

La fermentation secondaire, réalisée dure de 15 à 60 jours en fonction des recettes, permettant la maturation de la bière, l’élimination des impuretés et la carbonatation naturelle, avec des températures ajustées selon le résultat final souhaité.

Le malt enrichit la fermentation en fournissant les sucres fermentescibles et contribue à la texture en bouche de la bière, avec certains malts apportant grainrondeurdouceur ou sécheresse.

Le malt et l'importance de la stabilité de la bière

La stabilité de la bière réfère à sa capacité à maintenir ses qualités organoleptiques sur le temps. Elle est influencée par la qualité de l’eau, du houblon, des levures, et notamment du malt.

Le malt contribue à la stabilité en apportant des protéines, lipides, et polyphénols qui favorisent la mousse, tout en influençant la couleur, le goût et l’arôme par ses composés. La sélection du malt est donc cruciale selon le style de bière recherché et la durée de conservation visée.

Les tendances actuelles et innovations dans l'utilisation du malt

Dans cette section, nous allons explorer les tendances actuelles et les innovations marquant le monde du malt. Nous verrons en particulier comment l’émergence des micro-malteries a enrichi l’offre de malt, répondant ainsi aux exigences spécifiques des microbrasseries.

Nous aborderons également les malts alternatifs, qui se tournent vers d’autres céréales que l’orge, ainsi que les bières sans gluten, bénéficiant de techniques innovantes pour retirer le gluten du malt.

L'explosion des micro-malteries et l'impact sur les microbrasseries

Les micro-malteries, de petites entreprises produisant du malt à partir de céréales locales, se distinguent par leur engagement envers la qualité et la traçabilité. Leur développement, parallèle à celui des microbrasseries, a favorisé l’émergence de bières artisanales, produites en petite quantité mais riches en créativité et originalité. L’étroite collaboration entre micro-malteries et microbrasseries leur permet de répondre de manière flexible aux demandes du marché, proposant ainsi des bières uniques et personnalisées.

Cette dynamique contribue à la diversification et à la valorisation du malt et de la bière.

Malts alternatifs : riz, seigle, avoine...

Les malts alternatifs, utilisant des céréales telles que le riz, le seigle, l’avoine, le maïs, le sorgho, le millet ou le quinoa, offrent des propriétés distinctes par rapport à l’orge. Ces différences influencent la couleur, le goût, l’arôme, la texture et la fermentation de la bière. Employés dans la fabrication de bières de styles variés, les malts alternatifs permettent d’expérimenter avec des bières blanches, de seigle, sans alcool, ou encore des bières aux notes exotiques.

Ils offrent également l’avantage de réduire le coût de production, en s’appuyant sur des céréales moins onéreuses ou plus facilement disponibles localement.

L’essor des bières sans gluten et le rôle du malt

Les bières sans gluten, destinées à ceux qui sont allergiques ou intolérants au gluten (présent dans l’orge, le blé, ou le seigle), répondent également à la demande d’une bière plus légère et digeste. Ces bières se déclinent en deux catégories : celles produites à partir de malts sans gluten (riz, sorgho, millet, quinoa) et celles obtenues à partir de malts classiques, mais dont le gluten a été éliminé grâce à des procédés enzymatiques ou chimiques. Bien que similaires aux bières traditionnelles dans leur conception, les bières sans gluten peuvent présenter des nuances de goût particulières, tendant vers le sucré ou l’acide.

Conclusion

Dans cet article, vous avez découvert ce qu’est le malt dans la bière, sa méthode de fabrication, les divers types de malt ainsi que leur influence sur la couleur, le goût et l’arôme de la bière. Vous avez également appris comment le malt d’orge est transformé en bière, les différentes étapes du brassage, le rôle du malt dans la fermentation et son importance pour la stabilité de la bière.

De plus, nous avons exploré les tendances actuelles et les innovations dans l’utilisation du malt, notamment le développement des micro-malteries, l’utilisation de malts alternatifs et la production de bières sans gluten.

Le malt est l’ingrédient essentiel de la bière, lui conférant son caractère et sa personnalité. Si la bière vous passionne, nous vous encourageons à approfondir vos connaissances sur le malt et à expérimenter avec les différentes variétés disponibles. Cela vous permettra de créer des bières uniques et personnalisées, reflétant vos goûts et préférences.

FAQ

Quelle est la différence entre l'orge et le malt ?

L’orge est une céréale pouvant être utilisée tant pour nourrir les animaux que pour la production de bière et de whisky. En revanche, le malt désigne l’orge (ou d’autres céréales) ayant subi le maltage, un processus de germination puis de séchage des grains, ce qui arrête leur germination. Ce procédé est essentiel dans la fabrication de la bière, du whisky, du vinaigre, et même du sirop.

Pourquoi ajouter du malt de blé dans la bière ?

Le malt de blé est ajouté à la bière principalement pour deux raisons : premièrement, il augmente le rendement du brassage en fournissant davantage d’extrait et d’enzymes que le malt d’orge. Deuxièmement, il améliore les caractéristiques organoleptiques de la bière, en renforçant le corps, le goût, la mousse et les arômes.

Quelle différence entre le malt et le houblon ?

La principale différence réside dans leur fonction et origine. Le malt provient de céréales, principalement l’orge, qui ont été maltées, fournissant ainsi les sucres fermentescibles, les saveurs, et les couleurs de la bière. Le houblon, lui, est issu de fleurs femelles de plantes grimpantes et est utilisé pour aromatiser, amériser et conserver la bière, apportant des arômes variés qui vont du floral au fruité, de l’épicé à l’herbacé, et une amertume qui contrebalance la douceur du malt.

Qu'est-ce que le malt dans l'alcool ?

Le malt est essentiellement constitué de céréales germées, souvent de l’orge, qui sont ensuite cuites pour libérer leurs arômes. Il joue un rôle crucial dans la production de boissons alcoolisées comme le whisky, le genièvre, et surtout la bière, grâce au processus de maltage qui permet de développer les enzymes et les sucres nécessaires à la fermentation.

Découvrir plus d'articles

0
    0
    Votre panier
    Oups, votre carton de bières semble videRetourner sur la boutique
      Livraisons disponibles
      Utiliser ce coupon
        Box bières à offrir brasserie Galibot - fête des pères

        Offre spécial fêtes des parents

        -10% sur tous nos abonnements box bières jusqu’au 16/06/2024 avec le code

        PAPMAN2024

        Tu dois être majeur(e) pour consulter ce site

        Quel est ton âge?